Retouche rapide de ses photos - Pics E Dust

Mise en ligne: 06/03/2016 - Dernière mise à jour: 06/03/2016

(c) Pics E Dust - Rédaction: Nicolas


Pré-requis

1. Le débat sur le format des images est vieux comme le monde (de la photographie numérique). Dois-je utiliser le .jpeg ou le raw pour mes photos? Nous concernant, le débat n'a pas lieu d'être. Il vaut mieux avoir trop d'information (raw) que pas assez (jpeg) car comprimé. Le seul désavantage au format raw, c'est le volume de stockage nécessaire. Mais dans un monde où le téra-octet coute moins de 100€, les capacités de stockage ne sont plus réellement un problème.

2. Les manipulations décrites ci dessous sont simples et réalisées sous Adobe Lightroom. Elles sont réalisables en utilisant d'autres logiciels comme Photoshop ou The Gimp. A vous d'adapter la dénomination des réglages, n'hésitez pas à vous fier aux icônes. Elles sont souvent les mêmes.


A première vue, certaines photos ne semblent pas totalement réussies. L'apparition du numérique a engendré l'apparition de la "retouche photo" grand public. Désormais grâce à des logiciels comme Lightroom, Photoshop, Picasa, Photofiltre, The Gimp,... il est possible de récupérer la sauce. Une photo moyennement réussie peut devenir une photo réussie.

Ce petit tutoriel va vous apprendre à tirer le meilleur d'un seul cliché et du range dynamique de votre appareil. 

Pour cet exercice, nous allons prendre une photo de Big Thunder Mountain éclairé par le soleil d'automne. Vous le constaterez vous même, la zone boisée dans le coin inférieur gauche est très sombre: la faute à des ombres. Et n'hésitez pas à jeter un oeil à l'histogramme, il est souvent un bon indicateur d'une couleur qui est "cramée" (tout à droite de l'histogramme) ou "bouchée" (tout à gauche).

1. Le profil de correction et les aberrations chromatiques

La première étape consiste à activer le profil de correction. En fonction de l'objectif (et du couple boitier/objectif), le logiciel va corriger l'image en fonction de la déformation de la lentille (de l'objectif).  Pour ce faire, dans le sous-menu Corrections de l'objectif, cocher la case Activer le profil de correction.

Ensuite, il va falloir se débarrasser des aberrations chromatiques. Il s'agit de fines bandes irisées. Cela se produit souvent sous forme de halos mauves qui entourent certains objets, contours, arêtes,... Les branchages sont une source fréquente d'aberrations chromatiques. Toujours dans le menu Corrections de l'objectif, cocher la case Supprimer l'aberration chromatique.

L'image changera quelque peu et donnera une image comme ceci:

2. La balance des blancs

Jusque là, il n'y a pas de quoi casser trois pattes à un canard. La prochaine étape, c'est la correction de la balance des blancs. Cette étape est facultative, si elle a été correctement faîte à la prise de vue, passer au point 3.

Qu'est-ce que la balance des blancs? La balance des blancs permet, sur un appareil photographique numérique ou un caméscope, d'étalonner le capteur et d'adapter la dominante de couleur à l'éclairage ambiant. Cette opération est à refaire chaque fois que l'on change de conditions d'éclairage. Elle s'apparente en photographie argentique au choix d'une émulsion lumière du jour ou lumière artificielle et à l'usage de filtres de température de couleur.. 

Merci Wikipedia. Sur cette photo, on se rend vite compte que la balance des blancs automatique que l'appareil a appliqué n'est pas correcte. Le carré "blanc" en tôle sur le toit du sujet (en bas, légèrement à droite) est très orange. 

Pour procéder à la balance des blancs, choisir l'outils Pipette de la balance des blancs et cliquer sur une zone "blanche".

La correction est évidence, la température de l'image a été abaissée à 4100° Kelvin.

Après la balance des blancs

3. Corriger les hautes lumières et les ombres

Une fois la balance des blancs réalisée, il va falloir corriger les hautes lumières. L'idée est de descendre le curseur de cet "hautes lumières" afin de réduire l'intensité des lumières les plus vives. Le blanc va donc paraitre moins intense.

Dans le même temps, on va augmenter les ombres. L'objectif est simple: on va "déboucher" les zones sombres. Autrement dit, on va amener du détail et de la lumière dans les zones sombres. Le désavantage majeur de cette étape, c'est que cela va faire apparaitre du "bruit" numérique (du grain). Heureusement celui ci peut être facilement retiré à l'aide de nombreux logiciels (dont Lightroom)

Le résultat va désormais être conséquent! La photo comporte des détails qu'on ne voyait pas initialement

Correction des hautes lumières

Correction des ombres

Après correction des hautes lumières et ombres

4. L'exposition, les noirs et les blancs

Les réglages réalisés ont un peu modifié l'exposition de la photo. Il est parfois nécessaire de corriger l'exposition. Dans notre cas, une augmentation de 0,65 IL a été nécessaire pour avoir quelque chose qui nous satisfasse pleinement.

Les blancs ainsi que les noirs doivent être réglé. L'idéal est de faire varier le curseur pour faire saturer un peu les blancs et boucher un peu les noirs. C'est compliqué? 

Le plus simple, c'est d'appuyer sur la touche ALT de votre clavier tout en faisant varier le curseur. Arrêtez-vous quand apparaissent quelques points blancs sur fond noir (pour les blancs) ou noirs sur fond blanc (pour les noirs). Profitez-en pour regarder l'histogramme et vous pouvez constater que sa répartition englobe une belle partie de la gamme de dynamique.

Les réglages effectués rendent parfois l'image un peu plate. Si c'est le cas, montez (légèrement) le contraste.

Il ne reste plus qu'à procéder à quelques finitions si nécessaire (!!!): modifier légèrement la saturation, la netteté et éventuellement corriger le bruit. Le résultat est sans appel!

AVANT

APRES

Cliquez sur les photos pour agrandir

En quelques minutes (montre en main), il est possible de tirer le maximum de son appareil et de transformer une image moyenne en image réussie. 

Si vous avez des questions, n'hésitez pas à les poster en commentaire!